Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 17:56

Analyse de l'effet du composé actif du thé vert (EGCG) sur la prolifération des cellules mononucléaires du sang périphérique.


F Saleh et al. BMC Complément Altern Med. 2014.


Résumé
CONTEXTE: l'immunothérapie du cancer nécessite une manipulation correcte du système immunitaire, et des lymphocytes en particulier, afin d'identifier et de détruire les cellules cancéreuses.


Dans cette étude, nous avons étudié l'effet des flavonoïdes du thé vert, à savoir l'épigallocatéchine-3-gallate (EGCG) sur la prolifération des, et la production d'IFN-γ par, des cellules mononucléaires de sang périphérique (PBMC) de patientes atteints de cancer du sein stimulées avec un mitogène, avec des anti-CD3 et des peptides HER-2 / neu, et la p53.


MÉTHODES: Des échantillons de sang ont été prélevés sur 25 patients atteints de cancer du sein au Centre de contrôle du cancer du Koweït (KCCC). Les patients ont été nouvellement diagnostiquées, et n'avaient pas subi de traitement ou d!intervention chirurgicale au moment de la collecte de l'échantillon.


Le groupe témoin était constitué de 25 femmes en bonne santé appariées selon l'âge (± 5 ans) avec les patientes.


Les PBMC ont été isolées à partir de patientes et de témoins, et ont été cultivées séparément avec la PHA mitogene, des anticorps anti-CD3, et Her-2 / neu et de p53 en présence ou en l'absence de doses standardisées d'EGCG.


Le degré de prolifération de l'interféron-γ [IFN-γ) a ensuite été analysé.


Résultats:


Les EGCG ont supprimé de façon significative la prolifération de PBMC en réponse à une stimulation séparément avec (i) le mitogene, (ii) anti-CD3, et (iii) les peptides d'antigène du cancer.


La production d'IFN-γ a été également significativement supprimée par l'EGCG in vitro.


CONCLUSIONS:


Les EGCG semble avoir un effet immunosuppresseur sur la prolifération des PBMC, ce qui indique que l'EGCG est à explorer pour ses effets immunomodulateurs dans les maladies auto-immunes et les greffes de tissus.


PMID 25175005 [PubMed - classé pour MEDLINE]

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 09:06

Une nouvelle espèce d'Anaplasma transmise chez l'homme par les tiques en Chine: une étude globale.


Hao Li, PhD *, le professeur Yuan Chun-Zheng, MD *, Lan Ma, MS *, Na Jia, MD *, Bao-Gui Jiang, Ph.D., Rui-Ruo Jiang, MS, Qiu Bo-Huo, MS, Ya Wei Wang, MS, Hong-Bo Liu, MS, Yan-Li Chu, BS, Yu-Dong Song, BS, Nan-Nan Yao, BS, Prof Tie Sun, MD, professeur Fan Zeng Yi-, PhD, Professeur Stephen J Dumler, MD, Jia-Fu Jiang, Ph.D. †, le professeur Wu-Chun Cao, MD †
* Contribué à parts égales
† contribué à parts égales
Publié en ligne le 29 Mars 2015


Anaplasma phagocytophilum et Anaplasma ovis peuvent causer des infections chez l'homme.


Nous avons étudié le potentiel de pathogénicité humaine d'une espèce d'Anaplasma nouvellement découverts infectant des chèvres en Chine.


Méthodes


Nous avons recueilli des échantillons de sang de patients avec une histoire de morsure de tique dans les 2 mois précédents à Mudanjiang et sa région foresterie à hôpital central de la province du Heilongjiang, du 1er mai au 10 Juin 2014, pour détecter les nouvelles espèces d'Anaplasma par PCR.


On a inoculé les échantillons positifs à des cultures cellulaires.
Nous avons caractérisé l'agent pathogène isolé par des analyses morphologiques et phylogénétiques. Nous avons testé des anticorps sériques par immunofluorescence indirecte.


Résultats


28 (6%) des 477 patients évalués ont été infectés par la nouvelle espèce d'Anaplasma selon la PCR et le séquençage.


Nous avons isolé l'agent pathogène in vitro chez trois patients.


Les analyses phylogénétiques de rrs, GLTA, groEL, MSP2 et MSP4 ont montré que l'agent pathogène était distinct de toutes les espèces connues d'Anaplasma.


Nous nommons cette nouvelle espèce provisoirement "Anaplasma capra".


22 (92%) des 24 patients dont les données étaient disponibles avait fait une séroconversion ou une augmentation de quatre fois du taux d'anticorps.


Ces 28 patients ont développé des manifestations fébriles non spécifiques, y compris de la fièvre chez 23 (82%), des maux de tête dans 14 (50%), malaise dans 13 (46%), des étourdissements dans neuf (32%), myalgie sur quatre (14%) , et des frissons sur quatre (14%).


En outre, dix (36%) des 28 patients ont eu une éruption cutanée ou escarre, huit (29%) avaient une lymphadénopathie, huit (29%) avaient des symptômes gastro-intestinaux, et trois (11%) avaient une raideur du cou.


Cinq patients ont été admis à l'hôpital en raison d'une maladie grave.


Six (35%) des 17 patients dont les données disponibles montraient des transaminases hépatiques élevées.


Interprétation


L'émergence d'"A capra» comme cause de la maladie humaine suggère que les individus vivant ou voyageant dans des régions endémiques dans le nord de la Chine devraient prendre des précautions pour réduire leur risque d'exposition à ces tiques pathogène.


Financement


Fondation sciences naturelles de Chine et les National Institutes of Health.

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 17:51

« Du sirop d'érable pour lutter contre la résistance aux antibiotiques »

Le Parisien observe que « sous forme concentrée, un extrait de sirop d'érable affaiblit certaines bactéries nocives et réduit leur résistance aux antibiotiques, selon une étude récente réalisée à l'université McGill à Montréal [Canada] ».


Le journal souligne ainsi qu’« une méthode qui rendrait les microbes plus vulnérables pourrait aider à diminuer la quantité d'antibiotiques nécessaire pour lutter contre eux, indiquent les chercheurs, qui ont publié leur étude dans Applied and Environmental Microbiology ».
Le Parisien explique que « le composant clé dans l'extrait de sirop d'érable utilisé par les chercheurs est le phénol, une molécule riche en acides qui protège certaines plantes, dont l'érable nord-américain, des pathogènes et des insectes. Le sirop d'érable […] est donc une source très riche de cet agent anti-pathogène ».
« Après avoir acheté des échantillons de sirop d'érable dans des boutiques à Montréal, les chercheurs les ont congelés jusqu'au début de l'expérience, quand ils en ont extrait la partie qui est riche en phénols », indique le quotidien.
Le journal relève que les auteurs « ont testé l'extrait sur de redoutables bactéries telle E. coli, espèce parfois mortelle pour les êtres humains, et Proteus mirabilis, pathogène souvent responsable pour les infections urinaires ».
« L'extrait a démontré une efficacité modérée contre les bactéries quand il était utilisé seul, et une efficacité significative lorsqu'il était couplé avec des antibiotiques. La combinaison phénols-antibiotiques a détruit les communautés entières - appelées biofilms - qui développent dans le cas de contaminations persistantes comme celles vues parfois dans la voie urinaire des patients portant un cathéter », constate Le Parisien.
Nathalie Tufenkji, professeure à l'université McGill, observe qu’« il faudrait faire des essais in vivo, puis à un moment des essais cliniques, avant d'affirmer quel serait l'effet chez l'être humain. Mais les résultats suggèrent une approche potentiellement simple et efficace pour réduire l'utilisation des antibiotiques ».
Le quotidien ajoute : « Les chercheurs précisent que l'extrait agit sur l'expression des gènes chez les bactéries, supprimant ceux qui sont liés à la résistance et à la virulence ».

Date de publication : 23-04-2015

Appl Environ Microbiol. 2015 Mar 27. pii: AEM.00239-15. [Epub ahead of print]

Polyphenolic Extract from Maple Syrup Potentiates Antibiotic Susceptibility and Reduces Biofilm Formation of Pathogenic Bacteria.

Maisuria VB1, Hosseinidoust Z1, Tufenkji N2.

Abstract

Phenolic compounds are believed to be promising candidates as complementary therapeutics. Maple syrup, prepared by concentrating the sap from the North American maple tree, is a rich source of natural and process-derived phenolic compounds. In this work, we report the antimicrobial activity of a Phenolic-Rich Maple Syrup Extract (PRMSE). PRMSE exhibited antimicrobial activity as well as strong synergistic interaction with selected antibiotics against Gram-negative clinical strains of Escherichia coli, Proteus mirabilis and Pseudomonas aeruginosa. Amongst the phenolic constituents of PRMSE, catechol exhibited strong synergy with antibiotics as well as with other phenolic components of PRMSE against bacterial growth. At sub-lethal concentrations, PRMSE and catechol efficiently reduced biofilm formation and increased the susceptibility of bacterial biofilms to antibiotics. In an effort to elucidate the mechanism for the observed synergy with antibiotics, PRMSE was found to increase outer-membrane permeability of all bacterial strains and effectively inhibit efflux pump activity. Furthermore, transcriptome analysis revealed that PRMSE significantly repressed multiple drug resistance genes as well as genes associated with motility, adhesion, biofilm formation and virulence. Overall, this study provides a proof-of-concept and starting point for investigating the molecular mechanism of the reported increase in bacterial antibiotic susceptibility in the presence of PRMSE.

Copyright © 2015, American Society for Microbiology. All Rights Reserved.

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 18:50

Prévision du risque de cancer du sein individuel en utilisant la métabolomique plasmatiques et les biocontours


• Rasmus Bro,
• Maja H. Kamstrup-Nielsen,
• Søren Balling Engelsen,
• Francesco Savorani,
• Morten A. Rasmussen,
• Louise Hansen,
• Anja Olsen,
• Anne Tjønneland,
• Lars Ove Dragsted


Résumé

Le cancer du sein est une cause majeure de décès chez les femmes. Pour améliorer le traitement, la recherche en oncologie actuelle se concentre sur la découverte et la validation de nouveaux biomarqueurs pour la détection précoce du cancer; jusqu'à présent avec un succès limité.

Le profilage métabolique des échantillons de plasma et des informations sur le style de vie a été combiné par chimiométrique des fusions de données.

Il est devenu possible de créer un biocontour, que nous définissons comme un modèle complexe d'information biologique et phénotypique pertinente.

Tandis que les marqueurs ou des facteurs de risque connus n’ont pratiquement pas de valeur prédictive, le biocontour développé fournit une prévision qui, plusieurs années avant le diagnostic, est à égalité avec la façon dont les biomarqueurs les plus récents peuvent diagnostiquer le cancer en cours.

Ainsi, alors que par exemple la mammographie peut diagnostiquer le cancer de façon courante avec une sensibilité et une spécificité de l'ordre de 75%, le biocontour actuellement développé peut prédire qu'il y a un risque accru de cancer du sein se développant dans les 2-5 ans après que l'échantillon soit pris, avec une sensibilité et une spécificité bien au-dessus 80%.

Le modèle a été construit sur des données obtenues en 1993-1996 et testées sur des patients échantillonnées un an plus tard en 1997.

Les prévisions métaboliques du cancer par biocontours ouvre de nouvelles possibilités de prédiction précoce du risque de cancer individualisé et donc permet un dépistage efficace. Cela peut fournir aussi de nouvelles pistes de recherche dans le mécanisme de la maladie

Le 10 mars 2015

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 08:05

Rôle neuroprotecteur de la taurine au cours du vieillissement.


El Idrissi A, et al. Acides Aminés. 2013.


Résumé


Le vieillissement du cerveau est caractérisée par plusieurs modifications neurochimiques impliquant des protéines structurelles, les neurotransmetteurs, neuropeptides et récepteurs apparentés.


Les Modifications des indices neurochimiques de la fonction synaptique sont des indicateurs de l'altération des fonctions centrales, telles que la locomotion, la mémoire et les performances sensorielles liées à l'âge.


Plusieurs études démontrent que les récepteurs GABA, glutamate ionotropiques décarboxylase (GAD), et les sous-populations de neurones GABAergiques somatostatinergiques sont nettement diminuées dans le cerveau des animaux de laboratoire au cours du vieillissement.


En outre, les niveaux de plusieurs neuropeptides sont co-exprimés avec une diminution de GAD au cours du vieillissement.


Ainsi, la baisse liée à l'âge des fonctions cognitives pourrait être attribuable, du moins en partie, à des dégradations de la neurotransmission inhibitrice de GABA.


Dans cette étude, nous avons montré que la supplémentation chronique en taurine pour des souris âgées a amélioré de manière significative la baisse dépendante de l'âge dans l'acquisition de la mémoire spatiale et la rétention mnésique.


Nous avons également démontré la concomitante avec l'amélioration de la fonction cognitive par la taurine qui a entraîné d'importantes modifications dans le système GABAergique et somatostatinergique.


Ces changements comprennent


(1) une augmentation des niveaux de neurotransmetteurs GABA et de glutamate,


(2) augmentation de l'expression des deux isoformes de GAD (65 et 67) et de la somatostatine-neuropeptide,


(3) diminution de l'expression dans l'hippocampe des sous-unités β3 du récepteur GABAA, (


(4) augmentation de l'expression du nombre de neurones somatostatine positifs


(5) une augmentation de l'amplitude et de la durée des pics de population enregistrées à partir CA1 en réponse à la stimulation Schaefer collatéraux et (


(6) la facilitation accrue des impulsions jumelées dans l'hippocampe.


Ces altérations spécifiques du système d'inhibition provoquée par le traitement par la taurine s'opposent à ceux qui se produisent naturellement dans le cerveau lors du vieillissement, ce qui suggère un rôle protecteur de la taurine dans ce processus.


Une meilleure compréhension des changements neurochimiques liées à l'âge dans le système GABAergique sera important pour élucider les fondements des changements fonctionnels lors du vieillissement.


Une Supplémentation en taurine pourrait contribuer à prévenir le déclin lié à l'âge dans les fonctions cognitives grâce à l'interaction avec le système GABAergique.

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 07:48

La Taurine atténue les nausées et les vomissements induits par la chimiothérapie dans la leucémie lymphoblastique aiguë.


Islambulchilar M, et al. Acides Aminés. 2015.


Résumé


La taurine a plusieurs activités physiologiques et est diminuée par la chimiothérapie.
Le but de notre étude était d'évaluer l'effet de la supplémentation orale de taurine sur l'incidence des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie chez les patients atteints de leucémie lymphoblastique aiguë.


Quarante jeunes patients âgés de plus de 16 (intervalle: 16-23 ans) atteints de leucémie lymphoblastique aiguë (LLA recevoir même chimiothérapie) ont été recrutés pour l'étude au début du cours de l'entretien de leur chimiothérapie.


La population de l'étude était randomisée en double aveugle pour recevoir soit la taurine ou un placebo (2 g par jour par voie orale, divisée en deux doses, pris 6 h après que des agents chimiothérapeutiques) pour six mois.


La qualité de vie et les effets indésirables tels que nausées et vomissements, le goût et l'odeur des modifications, et la fatigue ont été évalués à l'aide d'un questionnaire.


Les données ont été analysées en utilisant le test du chi carré de Pearson.


Sur les 40 participants, 32 ont terminé l'étude (14 femmes et 18 hommes; âge 19,2 ± 1,9 ans moyenne).


Quatre traitements et quatre patients du bras placebo ont cessé: une a immigré hors de la province, un est mort pendant l'étude, et six ont refusé de continuer.


Les résultats indiquent que les patients supplémenté en Taurine ont signalé une amélioration significative (P <0,05) des nausées et / ou vomissements induits par la chimiothérapie après la prise de la taurine lors de l'étude.


La Taurine a considérablement atténué le goût induit par la chimiothérapie et les altérations des odeurs induites (P <0,05).


En outre, la taurine réduit de façon significative la fatigue par rapport au groupe placebo (P <0,05).


Cette étude a montré que la taurine co-administrée a diminué les nausées et les vomissements induits par la chimiothérapie pendant le traitement d'entretien dans la leucémie lymphoblastique aiguë.

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 01:21

Jeûner trois jours renouvelle totalement le système immunitaire


Repéré par Eric Leser
Science & santé
mis à jour le 18.04.2015


Des chercheurs d'une équipe de l'Université de Californie du sud (USC) affirment avoir trouvé le moyen de contraindre le corps humain à se régénérer. Une découverte annoncée comme «capitale». Jeûner pendant 72 heures peut permettre de reconstruire l’ensemble du système immunitaire même chez les personnes âgées ou gravement malades telle est la conclusion de cette nouvelle étude scientifique.
Si jeûner est considéré comme néfaste pour l’organisme par les nutritionnistes, priver le corps de nourriture pendant trois jours contraindrait ensuite la moelle osseuse à produire de grandes quantités de globules blancs qui combattent les infections. Cette découverte peut être particulièrement utile aux malades dont le système immunitaire a été affaibli, par exemple les cancéreux traités par des chimiothérapies.
Selon les chercheurs d’USC, jeûner lance un processus de régénération. «Cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire» explique Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’Université de Californie du sud. «Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeun. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de créer, littéralement, un nouveau système immunitaire».
Les jeûnes prolongés contraignent en fait le corps à consommer ces réserves de glucoses et de graisses mais aussi détruisent une proportion importante des globules blancs. «Quand vous vous privez de nourriture, le corps essaye d’économiser l’énergie dépensée et pour cela recycle un grand nombre de cellules du système immunitaire qui ne sont pas indispensables, notamment celles qui sont abimées». Ainsi, pendant le jeûne, le nombre de globules blancs baisse fortement et augmente rapidement quand la personne s’alimente à nouveau. Le jeûne a aussi un autre effet bénéfique, il réduit la présence dans le corps de l’enzyme PKA qui est liée au vieillissement et augmente les risques de cancer et de croissance des tumeurs.


«Il n’y a pas de preuve que jeûner soit dangereux mais il y a de grandes preuves que ce soit bénéfique», résume Valter Longo.


Fasting for three days renews entire immune system, protects cancer patients, ‘remarkable’ new study finds




Sarah Knapton, The Daily Telegraph, National Post Wire Services
Thursday, Jun. 5, 2014




While most nutrition experts frown on the idea, medical researchers say that a short fast — lasting just three days — may have benefits for the body's ability to renew its immune system, with minimal downside risks to health. Fotolia


Fasting for three days can regenerate the entire immune system, even in the elderly, scientists have found in a breakthrough described as “remarkable.”


Although fasting diets have been criticized by nutritionists, research suggests that starving the body kick-starts stem cells into producing more white blood cells, which fight off infection.


Scientists at the University of Southern California (USC) say the discovery could be particularly beneficial for those suffering from damaged immune systems, such as cancer patients on chemotherapy. It could also help the elderly whose immune systems become less effective.


The researchers say fasting “flips a regenerative switch” that prompts stem cells to create white blood cells, essentially restoring the immune system.


“It gives the OK for stem cells to go ahead and begin proliferating and rebuild the entire system,” said Valter Longo, professor of gerontology and biological sciences at the university.


“And the good news is that the body got rid of the parts of the system that might be damaged or old, the inefficient parts, during the fasting. Now, if you start with a system heavily damaged by chemotherapy or aging, fasting cycles can generate, literally, a new immune system.”


‘Fasting cycles can generate, literally, a new immune system’


Prolonged fasting forces the body to use stores of glucose and fat but also breaks down a significant portion of white blood cells. During each cycle of fasting, this depletion induces changes that trigger stem cell-based regeneration of immune system cells.


In trials, volunteers were asked to fast regularly for between two and four days over a six-month period. Scientists found that prolonged fasting also reduced the enzyme PKA, which is linked to aging and a hormone which increases cancer risk and tumour growth.


“We could not predict that prolonged fasting would have such a remarkable effect in promoting stem cell-based regeneration of the hematopoietic [formation of stem cells] system,” added Longo. “When you starve, the system tries to save energy, and one of the things it can do to save energy is to recycle a lot of the immune cells that are not needed, especially those that may be damaged.


‘There is no evidence at all that fasting would be dangerous while there is strong evidence that it is beneficial’


“What we started noticing in both our human work and animal work is that the white blood cell count goes down with prolonged fasting. Then when you re-feed, the blood cells come back.”


Fasting for 72 hours also protected cancer patients against the toxic impact of chemotherapy.


“The results of this study suggest that fasting may mitigate some of the harmful effects of chemotherapy,” said co-author Tanya Dorff, assistant professor of clinical medicine at the USC Norris Comprehensive Cancer Center and Hospital.


Referring to the 72-hour fasting period, Chris Mason, professor of regenerative medicine at University College London, said: “That could be potentially useful because that is not such a long time that it would be terribly harmful to someone with cancer. But I think the most sensible way forward would be to synthesize this effect with drugs. I am not sure fasting is the best idea. People are better eating on a regular basis.”


Longo added: “There is no evidence at all that fasting would be dangerous while there is strong evidence that it is beneficial.”


Posted in: News Tags: Health, Cancer, Chemotherapy, Clinical Immunology, Diet And Nutrition, Fasting, Immune System, Medical Breakthroughs, Medical Research

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 09:19

Le rôle de la taurine dans la pathogenèse de l'obésité.
Murakami S. Mol Nutr Res alimentaire. 2015.


Résumé


La taurine est un acide aminé contenant du soufre et qui est présent dans les tissus des mammifères à des concentrations millimolaires.


La taurine est impliquée dans un large éventail de fonctions biologiques et physiologiques, y compris la conjugaison de sels biliaires, l'osmorégulation, la stabilisation de membrane, la modulation de calcium, l'anti-oxydation, et l'immunomodulation.


La prévalence de l'obésité du surpoids ne cesse d'augmenter dans le monde entier à un rythme alarmant.


L'obésité est associée à un risque accru de troubles métaboliques et les maladies cardiovasculaires, le cancer et d'autres conditions cliniques.


L'ingestion de taurine permet de soulager des maladies métaboliques telles que l'hyperlipidémie, le diabète, l'hypertension et l'obésité chez les modèles animaux.


Une enquête épidémiologique mondiale a montré que l'étude sur 24 h de l'excrétion urinaire de la taurine est un marqueur de l'apport en taurine, et qu'elle était inversement associée à l'indice de masse corporelle, de la pression artérielle et du cholestérol plasmatique chez l'homme.


En outre, la taurine chloramine, un produit endogène provenant des neutrophiles activés, permet de supprimer le stress oxydatif induit par l'obésité et l'inflammation dans les adipocytes.


L'Activité de synthèse et la concentration de la taurine dans les tissus adipeux et du plasma permet de réduire -chez les humains et les animaux- le cours du développement de l'obésité.
Ce qui suggère une relation entre la carence en taurine et l'obésité.


Dans cette revue, je résume les effets de la taurine sur la progression de l'obésité dans les modèles animaux et les humains.


En outre, je discute des mécanismes possibles sous-tendent les effets anti-obésité de la taurine.


Tous droits réservés.
PMID 25787113 [PubMed - tel que fourni par l'éditeur]


Texte intégral :
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/mnfr.201500067/abstract;jsessionid=72509313E28B8C10F9CBFC2D9924E464.f03t01

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 13:34

Alzheimer : une piste originale offre un nouvel espoir de traitement.

Des chercheurs pointent un nouveau mécanisme qui pourrait être impliqué dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Mécanisme qu'ils sont parvenus à inverser chez des souris de laboratoire.

La recherche sur la maladie d'Alzheimer pourrait trouver un nouveau souffle.

ARGININE.

Un nouveau mécanisme pouvant expliquer l'apparition de la maladie d'Alzheimer a peut-être été mis en évidence par des chercheurs de l'université Duke (Caroline du Nord, Etats-Unis).

C'est sur l'arginine, un acide aminé essentiel à de nombreux processus métaboliques, que les chercheurs se sont penchés.

Plus précisément, sur sa destruction par la microglie, la population de cellules du système immunitaire spécifiques au cerveau (les microglycites).

Lors d'expériences réalisées sur des souris de laboratoire, le fait de bloquer ces cellules qui détruisaient l'arginine a permis d'empêcher la formation de plaques de protéines caractéristiques d'Alzheimer.

Des résultats intéressants publiés mardi 14 avril 2015 dans le Journal of Neuroscience. "Si la destruction de l'arginine est si importante dans le mécanisme de la maladie, il serait peut-être possible en la bloquant d'inverser cette pathologie", estime le Dr Carol Colton, professeur de neurologie à l'université Duke en Caroline du Nord, l'un des principaux auteurs.

Pour cette recherche, les scientifiques ont utilisé des souris modifiées génétiquement il y a plusieurs années pour que leur système immunitaire soit notamment plus similaire à celui des humains.

Comparativement aux autres rongeurs utilisés pour simuler la maladie d'Alzheimer, ces souris ont aussi développé des plaques de bêta amyloïde, de la dégénérescence neurofibrillaire, des pertes de neurones et montré des changements de comportement comme une perte de la mémoire.

L'émergence graduelle de ces symptômes chez ces animaux a donné à ces chercheurs la possibilité d'étudier leur cerveau pendant assez longtemps pour voir comment la maladie a commencé, a expliqué le Dr Matthew Kan, de l'université Duke, un des co-auteurs de l'étude.

En étudiant les anomalies du système immunitaire tout au long de la vie de ces souris, ils ont constaté que certaines cellules clés du système immunitaire qui résident dans le cerveau et la moelle épinière, appelées microgliocytes, les premières à répondre à une infection, ont commencé à se diviser et à changer tôt dans la maladie d'Alzheimer chez ces animaux.

Ces microgliocytes ont produit une enzyme, l'arginase, destructrice de l'arginine, qui était fortement présente dans des régions du cerveau importantes pour la mémoire et aussi là où les neurones périssaient en grand nombre.

Ce que cela suggère, c'est qu'en bloquant ce processus de réduction de l'arginine on peut protéger les souris au moins de la maladie d'Alzheimer"- Dr Kan.

Les chercheurs ont donc neutralisé cette enzyme (arginase) avec une molécule, un médicament expérimental anti-cancéreux appelé DFMO, avant l'apparition des symptômes chez les souris et constaté une réduction des plaques développées dans leur cerveau ainsi que de meilleures performances aux tests de mémoire.

"Tout ce que cela nous suggère, c'est qu'en bloquant ce processus de réduction de l'arginine on peut protéger les souris au moins de la maladie d'Alzheimer", souligne le Dr Kan.

Or, si la molécule DFMO fait déjà l'objet d'essais cliniques chez des humains pour traiter certains cancers, elle n'a jamais été évaluée comme une thérapie potentielle contre Alzheimer, explique-t-il. Ainsi, dans de nouveaux travaux, ces chercheurs étudient - toujours chez des souris - les effets de ce traitement après l'apparition des symptômes d'Alzheimer pour voir s'il peut les inverser.

Toutefois, le Dr Colton déconseille au public de chercher à consommer plus d'arginine (naturellement présent dans la viande rouge, la volaille, le poisson et les produits laitiers) ou de prendre des compléments diététiques.

Car le cerveau est protégé par une barrière protectrice de vaisseaux sanguins et de cellules qui détermine la quantité d'arginine pouvant y pénétrer.

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 09:53

Effets sur les membranes cardiaques après traitement par la taurine chez des lapins atteints d'insuffisance cardiaque congestive.


Elizarova EP, et al. Arzneimittelforschung. 1993.


Résumé


Le Traitement par voie orale avec la taurine (CAS 107-35-7) de lapins atteints d'insuffisance cardiaque congestive (CHF) causée par une insuffisance dose-dépendante de la vanne amélioration l'hémodynamique et la fonction contractile via des indices aortiques du cœur a prolongé la vie des animaux.


L'Analyse de la fraction de membrane de coeur de CHF des animaux, en utilisant une sonde 4-tempo-stéaramide paramagnétique, a démontré une perte de charge négative des membranes.


En outre un vitro la taurine n'a eu aucun effet sur la charge en phospholipides.


L'utilisation d'une sonde 5-doxyle-stéarate a révélé que la fluidité de la membrane diminue avec le développement de CHF par rapport aux membranes normales.


La taurine de son côté augmente la fluidité de ces membranes chez les animaux atteints d'ICC, mais n'a pas affecté les membranes isolées d'animaux atteints d'ICC qui avaient subi un traitement par la taurine et la rigidité reste élevée au niveau de la membrane dans le groupe témoin.


PMID 8387787 [PubMed - classé pour MEDLINE]

Partager cet article

Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article